Temps de lecture : 4 minutes

L’édition 2019 de l’Afropunk Paris a eu lieu les 13 et 14 juillet à la Seine Musicale. C’était incroyable. De la musique à l’activisme en passant par d’autres arts comme le textile, les bijoux, la peinture… Sans oublier l’Afro Food qui était bien représenté. Des classiques de la cuisine afro : tiep, mafé, bokit, alokos, pastels, bissap mais aussi des concepts innovants comme le kréol bowl. On vous raconte tout ça.

Qu’est-ce que l’Afropunk ?

Né à New York en 2005, Afropunk est un festival de musique aux airs de militantisme initialement basé autour de l’univers punk. Le festival a depuis élargi ses frontières musicales en programmant du hip-hop, de la soul, de la pop et du jazz. C’est aujourd’hui une culture afro-américaine qui s’est étendue à l’international avec des éditions à Johannesburg (Afrique du Sud) et Paris (France).

Habituellement programmé le weekend le plus proche du 14 juillet, l’Afropunk Paris est très vite devenu le rendez-vous incontournable des afro engagés d’Ile de France. Le nombre de participants est de plus en plus croissant. Ils viennent dorénavant de toute la France et même de plusieurs coins d’Europe pour certains. Une grosse délégation de Londres notamment. Avec ses débats, sa scène musicale, la mode, un marché artisanal, la gastronomie. Le festival est devenu une célébration complète de la culture afro-descendante (voir quelques photos ici).

Un Village Food aux odeurs de cuisine afro-caribéenne

Une file d’attente longue qui avance doucement. Un soleil assez agressif. Le stress d’arriver trop tard dans la fosse pour la prestation de Burna Boy… Voilà l’état d’esprit qui nous habitait ce début d’après-midi du samedi 13 juillet. Le rythme s’accélère, nous passons les contrôles de sécurité, dans les temps pour Burna (soulagement). Et nous sommes accueillis directement par l’Afromarket, l’espace d’exposition des stands de mode, d’artisanat et d’associations. Et du gros son délivré par le DJ de la scène extérieure. Au loin une odeur de cuisine sénégalaise nous attire, on s’y rapproche.

On ne voit pas grand-chose derrière cette foule de personnes maquillées et vêtues de tenues originales en wax et/ou de bijoux qui nous éblouissent par leur beauté et leur nombre. Mais l’odeur ne nous trompe pas. Nous sommes bien au Village Food de l’Afropunk. Notre univers qu’on s’empresse d’explorer.

Une effusion de saveurs traditionnelles offertes par Amy traiteur. Sa proposition de plats sénégalais comme le mafé, le thieboudienne, le thiebou yapp mais aussi du jolof rice, des beignets nous a interpellés. Dans le même style, O’délices gourmet offrait un repas plus de l’ordre de l’apéro africain. Du finger food : samoussas, roulés aux légumes, beignets et cupcakes saveur bissap ou passion.

Parlant de bissap et passion, au-delà de bière qui coulait à flot, il y avait la possibilité de se désaltérer autrement. Sous cette chaleur étouffante, la marque ibissap nous a proposé d’accompagner les repas d’une savoureuse boisson à base de fleurs d’hibiscus 100% naturel. Quant aux boissons au tamarin, gingembre, corossol et autres fruits exotiques. Il fallait aller sur le stand de Moriba, la marque pionnière de produits d’épicerie fine africaine.

Parce que l’Afro Food ne s’arrête pas à l’Afrique

Il y avait évidemment la possibilité de déguster de délicieux bokits préparés sur place par Chick’n Kreyol, le foodtruck antillais spécialiste des bokits faits maison. D’un bon burger composé de jerk chicken proposé par un chef jamaïcain. Et de la nourriture afro brésilienne comme les acajaré (dérivés d’akara) ou les mandioca frita (frites de manioc) servis par Alegria Brasil. Vous retrouvez certains des acteurs suscités dans notre annuaire.

IL Y avait aussi Une cuisine du monde et des concepts intéRessants

Si d’autres cuisines étaient représentées : argentine avec le Griot, asiatique avec Gili-Gili, orientale grâce au foodtruck Doda (D’orient et d’ailleurs). C’était aussi l’occasion de mettre en avant des concepts food intéressants. Le yaourt glacé 0% de matières grasses du bar roulant Un igloo dans la ville. Les gaufres sucrées ou salées en mode bubble waffle / waffle stick du foodtruck Dame Yummy. Le bar à banane plantain de Black Spoon (1er foodtruck africain de Paris dont la gérante Faty Niang a aussi chapeauté la conception de ce Village food). Et enfin le concept de kréol bowl de Stephie’s qui a évidemment été notre coup de cœur. Stephie’s a eu la merveilleuse idée de mêler la cuisine healthy à la caribbean street food avec sa création du kréol bowl, fortement inspiré du poké bowl. On vous fera prochainement un article dédié.

2019 a vu se dérouler la 5e édition de l’Afropunk Paris à la Seine Musicale. L’espace dédié à l’Afropunk y était séparé en deux : une zone de promotion de la musique afro où se déroule les concerts (Burna Boy, Solange Knowles, Tiwa Savage, Janelle Monae, Lizzo…) et une zone de promotion de tout l’univers culturel afro, avec une présence marquée de l’Afro Food. Hormis la zone de concert, c’est gratuit et accessible à tous. Nous avons toutefois choisi de payer pour vivre l’expérience complète. C’était magnifique. On vous le recommande et vous dit donc à l’année prochaine pour l’Afropunk Paris 2020.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn