Temps de lecture : 5 minutes

Près de 100 personnes se sont données rendez-vous à Paris le 8 samedi février 2020 pour la CONFAPERAF2020. La toute première conférence dédiée à l’entrepreneuriat dans la restauration africaine. Nous avons décidé de vous faire un compte rendu en 4 parties dont la première est disponible ici. Cette deuxième partie sera ainsi consacrée à la table ronde 2 et aux pitchs des nouveaux projets que nous avons sélectionnés pour vous. Entrons dans le vif du sujet.

Lors la table ronde 1, il était question de ressortir des facteurs clés de succès pour une enseigne de restauration. Les meilleurs restaurateurs de la place parisienne, Placide HOUSSOU (Villa Maasaï), Rudy LAINE (New Soul Food), Sylvain AJAVON (Table Métis), Ruben DJAGOUE (Beny’s hot dog) et Vincent EBOUÉ (Africa in a box), nous ont apporté leurs avis (retrouvez le compte-rendu ici).

S’en est suivie la table ronde 2 dans laquelle des entrepreneurs du milieu de la cuisine africaine devaient nous éclairer sur cette question primordiale : « Comment définir une offre compétitive au delà du facteur prix ? »

Animée et modérée par Blériot TCHEEKO (APERAF), cette table ronde a réuni :

  • Nathalie SCHERMANN. Chef cuisinier et co-fondatrice de Joe & Avrel’s, une marque haut de gamme de produits d’épicerie fine africaine.
  • Fatoumata DIARRA. Fondatrice de la marque Papillexotiques, des pâtisseries sans gluten, à base de farine de manioc, mil ou encore de patate douce et de fruits de saison.
  • Valérie DJOUMESSI. Associée et directrice artistique d’Upgrade Agency, une agence événementielle s’adressant aux entreprises.
  • Djat MPAYON. Fondateur et gérant de la Brasserie Payuss, commercialisant des bières artisanales au cacao, au gingembre, à la patate douce ou encore au mil.

Soyons franc avec vous, ce n’était pas une question facile. Et surtout pas une problématique à laquelle on pourrait apporter une réponse aussi rapidement. Il faudrait probablement une masterclass sur ce sujet (dites ce que vous en pensez en commentaires). Toutefois, nos intervenants ont ressorti des éléments de réponse intéressants. 

«Pour faire la crème de niébé, il faut des heures de travail. En Afrique, on ne compte pas les heures de travail. En France on paie des gens à l’heure…  La qualité détermine le prix…». Nathalie (Joe & Avrel’s)

En effet, comme Nathalie (Joe & Avrel’s), Fatou (Papillexotiques) a souligné le point de la qualité qui justifierait un positionnement haut de gamme et compétitif. Toutes deux travaillent de manière artisanale des produits de très bonne qualité et cela demande du temps et de la technique. Malheureusement, les clients afro ont tendance à négliger ces aspects dans leur évaluation. C’est là que le marketing et la pédagogie doivent prendre plus de place pour éduquer la clientèle. Produit afro ne veut pas forcément dire moins cher. Très souvent les produits ont besoin d’une validation extérieure pour gagner en crédibilité au sein de la communauté (exemple de Nathalie avec les produits Joe & Avrel’s disponibles au Galeries Lafayette).

Valérie (Upgrade Agency) a souligné 2 autres points sur lesquels Upgrade base son offre : le storytelling et l’expérience. En effet, Upgrade Agency est une agence familiale de 5 femmes d’origine camerounaise, une mère et ses 4 filles, qui propose des expériences authentiques et originales à ses clients dans un loft empreint de culture africaine. La mère, Élise DJOUMESSI, est aussi le chef cuisinier de l’agence et propose une cuisine fusion aux forts accents africains. Leurs clients en ressortent très conquis de l’expérience.

Si Djat (Payuss) a acquiescé sur la qualité comme argument de compétitivité, il a tenu néanmoins à souligner que la communauté était tout de même très attachée au prix et que c’était presque inévitable comme paramètre. Le choix de la cible est dès lors importante. Pour son cas par exemple, il était difficile de vendre aux particuliers au regard du prix concurrentiel des bières de supermarché. C’était d’autant plus difficile d’adresser des distributeurs. Il a compris que sa cible est les bars et restaurants africains en quête d’originalité dans leur proposition de boissons. On ne peut pas être compétitif aux yeux de tous. Il faut trouver la bonne cible.

Difficile à expliquer mais la suite des discussions, notamment lors des questions du public, a tourné très vite vers l’argument de solidarité au sein de la communauté. Beaucoup de choses intéressantes ont été soulignées et ces témoignages étaient totalement en phase avec l’esprit de cette conférence organisée par APERAF. Ensemble on ira plus loin mais ça demande des concessions de chacun de nous.

Dans le même état d’esprit des Apéraf Networking organisés par APERAF tous les mois, nous avions également tenus à mettre en avant 4 nouveaux projets sélectionnés sur candidature après un appel à projets. Leurs représentants respectifs sont venus présenter leur initiative :

  • Annie ADIOGO, fondatrice de Glim Africa, une marque de produits alimentaires à base d’ingrédients d’Afrique (pâtes alimentaires à partir du niébé – aussi appelé haricot blanc au point noir ou cornille)
  • Aissata FANE, cofondatrice de Savane & Mousson, traiteur qui propose des créations originales tirées des univers culinaires d’Afrique et d’Asie
  • Léonide MBOSSA, fondatrice de Tolya, le 1er kit recettes prêt-à-cuisiner aux saveurs africaines
  • Mahamadou SYLLA, cofondateur de Tamba, la 1ère marque haut de gamme de plats cuisinés aux saveurs africaines (3 variétés : yassa au poulet, mafé à l’agneau, thiou yapp au boeuf).

Un sondage réalisé auprès des participants à la CONFAPERAF2020 montre que 85% des personnes ont découvert et apprécié ces projets, à qui nous souhaitons un très bon vent de réussite.

Après la table ronde 2 et les pitchs, le moment de faire une pause est arrivé. C’est aussi le temps pour nous clôturer le deuxième épisode de notre compte rendu.

Photo prise avec le Photobooth Afro de notre partenaire Mimba Box

Retrouvons-nous dans quelques jours pour évoquer la table ronde 3 dont l’intitulé était : « Comment découvrir et transmettre la richesse de la gastronomie africaine ? »

Nous vous raconterons tout cela dans le troisième article de la série qui sortira dans les prochains jours.

À propos d’APERAF :

APERAF est une initiative qui soutient l’entrepreneuriat de la diaspora africaine, à travers l’organisation d’événements – afterworks et conférences, sous forme d’apéros africains appelés L’Apéraf.

APERAF met également à disposition de clients privés ou professionnels la plateforme Aperaf.com, qui propose la fourniture de prestations de restauration afro caribéenne et des services d’agence événementielle.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn