Temps de lecture : 4 minutes

La toute première conférence dédiée à l’entrepreneuriat dans la restauration africaine a eu lieu en février dernier ! Bloggeurs, gérants d’établissements et amoureux de gastronomie africaine, se sont réunis pour cet événement inédit.

Une rencontre haute en couleur, que vous pourrez notamment revivre grâce à notre série d’articles, disponible juste ici !

Pour cette troisième partie, on vous fait un petit récap’ de la table ronde n° 3, axée sur la transmission de la gastronomie africaine.

Lors de la première table ronde, les restaurateurs des établissements phares de la capitale – incluant Villa Maasaï, Table Métis, Africa in a box, New Soul Food ou encore Beny’s hot dog, nous ont éclairés sur les facteurs de succès, pour une enseigne de restauration.

La seconde table ronde – qui a notamment convié les gérants de Joe & Avrels, Payuss Updrade Agency et Papillexotiques, a mis l’accent sur les moyens vous permettant d’être compétitifs, au-delà du facteur prix.

Mais au sujet de la transmission et de la découverte des cuisines d’Afrique, que reste-il ? Comment valoriser un univers culinaire vaste, et pourtant encore inconnu du grand public ? Zoom sur la table ronde n°3 : «Comment transmettre l’étendue de la gastronomie africaine?».

Modérée par Sonia MARTY – CEO de Black Culinaria, cette troisième rencontre a été l’occasion de parler découverte et transmission de la gastronomie africaine, avec :

    • Ayaba GALBAS, fondatrice du concept afro-végan Ndolo Touch, Ayaba est une végétalienne assumée qui met en avant dans ses recettes, des ingrédients afro, pour une cuisine saine et sans gluten.

         

    • Ghalil MONTSI. Traiteur, restaurateur et fondateur du restaurant comorien Wupisi, Ghalil est chargé d’une noble mission : celle de démocratiser la cuisine comorienne en France.

         

    • Nathalie BRIGAUD NGOUM. Bloggeuse et cheffe, elle anime son blog (envoléesgourmandes.com), où elle propose des recettes atypiques, rédigées avec passion et lyrisme.    

         

    • Kossi MODESTE. Fondateur d’Afro Cooking, premier magazine de cuisines afro-caribéennes.

 

L’originalité et la pluralité des cuisines d’Afrique : une force pour les restaurateurs français du milieu.

Les cuisines africaines se démocratisent d’années en années : Thiep et Yassa sont désormais des recettes très populaires en Europe. Toutefois, de véritables challenges restent à surmonter pour les restaurateurs de la gastronomie africaine. Par exemple, attirer et diversifier sa clientèle peut s’avérer difficile. 

Pour Ghalil (Wupisi), la cuisine africaine est souvent perçue comme étant accessible par un proche, un ami ou encore la famille. Il faut donc, par tous les moyens, susciter l’intérêt du client – même lorsque celui-ci est afrodescendant. Ainsi, jouer sur la diversité du patrimoine culinaire africain est important pour Ghalil, car c’est avant tout s’assumer, mais aussi savoir se différencier. C’est d’ailleurs ce que fait Ghalil avec Wupisi, un restaurant mettant les saveurs comoriennes à l’honneur.

Pour un restaurateur de la gastronomie africaine, cette diversité représente un avantage, tout comme un inconvénient. 

Par exemple, à la question : “faut-il spécifier à l’entrée d’un restaurant africain son pays d’origine ?”, les réponses ont été relativement partagées. Pour Kossi (Afro Cooking), spécifier le pays d’origine d’un restaurant africain, c’est avant tout éduquer l’autre à mieux nous connaître. L’Afrique comptabilise 54 pays, qui disposent chacun de leur propre façon de cuisiner un aliment, ou une même recette. A titre d’exemple, le Mafé est un plat que l’on retrouve partout à l’Ouest du continent, mais où “(…) chaque marmite, chaque maman va ajouter sa sauce.” – ajoute Ayaba (Ndolo Touch)

Nathalie (envoléesgourmandes) était partagée. Pour elle, c’est un choix qui reste avant tout commercial. Utiliser le terme générique de “cuisine africaine”, c’est permettre à un client d’identifier clairement l’offre de l’établissement, ou simplement d’attirer plus de monde.

C’est donc une décision individuelle, mais qui reste, un élément concret de différenciation vis-à-vis de la concurrence.


Les livres des cuisines d’Afrique : un moyen de transmission de la gastronomie africaine.

L’importance du soutien au sein de la communauté afro a été soulignée par nos afropreneurs invités. Pour nombre d’entre-eux, il est important de soutenir les personnalités émergentes de l’afro-fooding, mais aussi les écrits valorisant la gastronomie africaine. 

Soutenir et acheter ces ouvrages, c’est activer une transmission de savoirs et de compétences bien précis, utiles à la démocratisation des cuisines africaines. Pour l’afro-végétalienne Ayaba, écrire et lire sur les cuisines d’Afrique permet d’entamer un acte presque politique : celui de valoriser une cuisine panafricaine. «Nous sommes tous, à notre niveau, responsable de l’amour que l’autre portera à notre frère (…)” ajouta-t-elle.

A ce titre, comment ne pas citer les ouvrages de Nathalie (Mon Imprécis de Cuisine) et Ayaba (On mange l’Afrique ! Végan #1 – publié aux éditions AfroCooking). Ces deux livres étendent toujours plus l’horizon des cuisines d’Afrique : le premier nous compte avec lyrisme des recettes atypiques et équilibrées, le second nous éclaire sur l’afro-véganisme !
 

 

Ces échanges sonnaient la fin de la partie conférence et le début de l’apéro-dégustation-networking. Rendu possible par la contribution active de plusieurs de nos partenaires, l’apéro 100% africain organisé par APERAF, a réussi à faire voyager l’ensemble de nos participants. 

Et vous ? Prêts à voyager (virtuellement) vers l’Afrique et les Caraïbes ?

 

Rendez-vous très prochainement pour notre dernier article dédié à la partie dégustation de cette CONFAPERAF2020 !

 

À propos d’APERAF :

APERAF est une initiative qui soutient l’entrepreneuriat de la diaspora africaine, à travers l’organisation d’événements – afterworks et conférences, sous forme d’apéros africains appelés L’Apéraf.

APERAF met également à disposition de clients privés ou professionnels la plateforme Aperaf.com, qui propose la fourniture de prestations de restauration afro caribéenne et des services d’agence événementielle.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn